En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Nouvelles

+ Année 2019
 -  Année 2019
+ Année 2018
 -  Année 2018
+ Année 2017
 -  Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2016
+ Année 2015
 -  Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2014
+ Année 2013
 -  Année 2013

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


Connectés :
( personne )
Snif !!!

Ephemeride

Dimanche 13 Octobre 2019
Balance
du 23 Septembre
au 22 Octobre

Le Saint du jour èst :
  • Saint Edouard le Confesseur
  • Saint Géraud d'Aurillac

  • Bonne féte a toutes/tous les :
  • Géraud

  • Anniversaires Célébrités :
  • Grard De Palmas 14/10/1967

  • Il est passe ces Jour :
  • 13/10/1993 - Premier clonage d'embryon humain par manipulation g�n�tique.



  • Calendrier

    Chat8

    Désolé, réservé aux membres

    Visites

     721711 visiteurs

     119 visiteurs en ligne

    Nouvelles

    histoire Citizen-band - le 08/04/2015 00:00 par Webmaster

    La citizen band

    La citizen band ou CB (de l'anglais, bande des citoyens) sont des fréquences allouées (canaux) au trafic radio et ouverte à tous. En français, le sigle CB, qui a parfois été traduit par canaux banalisés, se prononce toujours « cibi », à l'anglaise. Par extension, le mot CB désigne également les émetteurs radio émettant sur la bande CB, et l'on appelle les utilisateurs les cibistes. Les fréquences utilisées par la citizen-band se situent dans la bande autour des 27 MHz aussi appelée bande des 11 mètres.
    La contrainte pour l'utilisateur est de respecter la législation en vigueur concernant la citizen-band du lieu d'utilisation.
    Certains pays ont une bande radio dans la bande UHF, comme l'Europe avec la bande Private Mobile Radio 446 de 8 canaux analogiques banalisés et 16 canaux numériques banalisés et les dispositifs radios de basse puissance LPD 433 MHz de 69 canaux banalisés. KDR 444 en Suède et en Norvège, l'Australie avec la bande Citizen-band UHF (en).

    Historique
    En 1947 se déroule la conférence mondiale d'Atlantic City pour répartir les fréquences hertziennes entre les différents utilisateurs.
    La bande s'étendant de 26,957 MHz à 27,283 MHz, reste inutilisable à cause des nombreuses perturbations radioélectriques des applications industrielles, scientifiques et médicales de la fréquence assignée de 27,120 MHz.
    La conférence mondiale d'Atlantic City recommande dès 1949 :
    Aux services professionnels fixes et mobiles dans le monde d'utiliser la bande 26,100 MHz à 27,500 MHz ,
    Au service radioamateur d'utiliser la bande 26,960 MHz à 27,230 MHz en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Union d'Afrique du Sud dans les territoires sous mandat de l’Afrique du Sud-ouest et en région 2 UIT (qui est l'Amérique et le Groenland) ,
    Exemple de matériel radioamateur des années 1970 (avec la bande 26,9 à 27,5 MHz) .
    L'activité citizen-band prit naissance aux États-Unis au milieu des années 1950.
    Les premiers cibistes en France sont apparus à l'aube des années 1960 grâce à du matériel radioamateur et professionnel (utilisé alors aux États-Unis exemple: taxis, ambulances) importé sous le manteau. Ces pionniers étaient pirates et risquaient la prison, confiscation et destruction de leur matériel, ainsi que de lourdes amendes, mais bénéficiaient en pratique d'une large tolérance .
    En France le talkie-walkie dans la gamme 27 MHz (en jouet d'une puissance inférieur à 50 mW avec une antenne inférieur à 1,5 mètre) et (pour une puissance de 100 mW avec une taxe) a occupé la bande avec des services professionnels .
    La CB connut une forte expansion en France à partir de 1981, avec la libéralisation des ondes (radios libres) promulguée par le gouvernement de François Mitterrand.
    La pratique de la CB est devenue légale en France depuis 1981. Cette pratique a été strictement limitée dès le début : bande étroite de fréquences (22 canaux autour du canal « 11 ») et mode de transmission exclusif (FM). Dès cette date, l'État délivra une licence d'utilisation, ce qui n'était pas le cas avant, où la détention d'un appareil, si elle était autorisée et imposait un certificat visé par la gendarmerie, n'autorisait pas pour autant son usage.

    001.jpg002.jpg

    003.jpg004.jpg
    Depuis, les droits des cibistes français ont évolué. Ils peuvent désormais utiliser 40 canaux et différents modes de modulation : modulation de fréquence (FM), modulation d'amplitude (AM), bande latérale unique (BLU ou SSB en anglais).

    005.jpg006.jpg
    Depuis 2001, on utilise le PMR446 Private Mobile Radio 446 ou Radio Mobile Professionnelle à usage libre en Europe destiné au public et aux professionnels dans la bande des 446 MHz dont la portée varie de 200 m en ville à plus de 3 km en mer.
    Définitions et différences avec le radioamateurisme
    À l'inverse de l'activité d'un radioamateur qui consiste en un service, la CB est un loisir. La CEPT, organisme européen chapeautant les services de télécommunications, a refusé d'intégrer la CB comme tel dès 1981.
    En effet, tout un chacun, sans passer d'examen ni disposer d'aucune licence, peut acheter un émetteurrécepteur CB, le relier à une antenne et recevoir et émettre autour de la fréquence des 27 MHz.
    Certains cibistes disposent d'un équipement important (parfois du matériel pour radioamateur et utilisé de manière illégale) et expérimentent des conditions d'émission diverses (de façon illégale). Cette attitude les rapproche des radioamateurs mais dans un penchant illégal.

    Un radioamateur est une station privée d'émission-réception, dûment autorisée par le gouvernement du pays de résidence. L'indicatif d'un radioamateur est attribué par l'État et ne peut être aménagé. Au contraire, un cibiste choisit librement soit un sobriquet ou surnom, soit les codes de ses initiales dans l'alphabet radio international. Le radioamateur peut utiliser une grande quantité de petites bandes réparties tout au long du spectre radioélectrique qui débute juste au-dessus des fréquences audibles et se termine là où débutent des fréquences correspondant à la lumière. Ces diverses bandes permettent d'établir tout au long de la journée ou de la nuit des contacts avec les différentes parties du monde. Les conversations établies par les radioamateurs doivent se faire dans un langage clair et compréhensible de tous, et porter exclusivement sur l'expérimentation concernant les radiocommunications et leur mise en oeuvre. Les stations radioamateur sont considérées au service de l'État et par conséquent réquisitionnables en cas de catastrophe. Ainsi, lorsque les moyens de communication « modernes » (téléphonie, Internet, etc.) ne sont plus utilisables, l'État est en droit d'exiger l'usage de ces matériels et installations.
    Cependant, malgré la proximité technique des équipements, l'usage est très différent puisque le Cibiste, s'il contacte souvent ses amis, va
    également rencontrer par les ondes de nouveaux interlocuteurs que cette bande de fréquence lui procure d'une façon très aléatoire, avec qui il va parler « de tout et de rien » puisque le propos est la rencontre ou l'entretien de contacts déjà établis. Les conversations sont dites publiques a contrario de privées, comme le sont celles de la radiotéléphonie.
    L'activité des cibistes n'est donc pas subordonnée à la réussite d'un examen technique, ni au respect de codes, ni pour les pirates utilisant du matériel illégal, à une quelconque législation, d'où le succès qu'elle connut voici quelques années. Néanmoins les législations de nombreux pays, ont défini des limites techniques pour un matériel homologuable, ce dernier permet tout de même de communiquer entre personnes distantes de quelques dizaines de kilomètres et, suivant les conditions de propagation très aléatoires, d'un continent à l'autre.
    Depuis le boom de la CB des années 1980, de nombreux Français ont adopté ce loisir.

                            Canaux banalisés de la CEPT de type PR27 pour la bande des citoyensCanali_Fr.jpg
    Caractéristiques techniques
    A contrario de la téléphonie moderne opérant en full-duplex, dans lequel chacun peut parler en même temps que son interlocuteur, la CB fonctionne comme les équipements du radioamateur : chacun parle à son tour, relâchant la manette de son micro, et passe ainsi du mode émission au mode réception pour écouter l'autre protagoniste parler. Les appareils sont en fait des récepteurs complétés d'une partie émetteur.
    À l'origine, les postes CB étaient souvent installés dans des véhicules, ce qui est encore de nos jours très souvent le cas. Cependant, certaines installations se sont faites en « fixe », au domicile, avec des appareils qualifiés de « bases », plus élaborées, et comportant beaucoup plus d'accessoires : micro sur pied, bruiteur, ampli plus puissant et illégal, et surtout antenne montée sur le toit de la demeure.
    La CB utilise la bande de fréquence des 27 MHz, ce qui correspond à une longueur d'onde de 11 mètres (ondes décamétriques).
    La bande CB est divisée en 40 canaux légaux. Cependant, certains radios pirates utilisent des appareils modifiés pour avoir deux fois 40 canaux supplémentaires, dits « SUP » et « INF ». et aussi les bandes sup sup, tri sup, sous inf portant le nombre de canaux à 276 (6 bandes de 40 canaux et 6*6 canaux dit "trous" ou "décalages +10" (en effet la fréquence augmente de 10kHz entre chaque canal mais il y a 6 fois où celle-ci augmente de 20 kHz laissant donc un "trou") Tout cela de manière illégale.

    Culture CB
    Ouverte à tous, la CB présente un style spécifique qui la distingue immédiatement du radioamateurisme dont l'objectif initial est purement, réglementairement restreint aux propos techniques.
    Leurs appareils alternant la fonction récepteur puis émetteur, la discipline impose de ne pas parler trop longtemps et de terminer par un mot ou un code particulier permettant de faire comprendre qu'on a fini sa phrase. La difficulté reste à l'intervenant extérieur, voulant se mêler à une conversation déjà commencée, qui doit envoyer un Break! assez bien placé pour être entendu, remarqué pour être accepté.
    L'usage fait appel à l'auto-discipline des cibistes qui s'y conforment, ou qui se font rappeler à l'ordre par modération interne des utilisateurs, sans autre autorité. Exemple : le respect de l'usage de certains canaux pour l'appel (le 27), les secours (le 9), les réglages (le 20), les routiers (le 19), etc.

    Les codes « Q », code chiffre, abréviations
    Les utilisateurs aguerris utilisent une version du code Q international, composé d'abréviations de trois lettres.
    Par exemple « QRO » signifie que le signal est « clair et net », « QRT » prévient « je coupe la communication ».
    Le code Q devrait être réservé aux transmissions en code Morse (télégraphie), mais il est souvent utilisé pour les communications « en phonie ». Cependant, la version du code Q utilisée par les cibistes est un peu particulière, et notamment, la signification des abréviations n'est pas exactement la même que chez les radioamateurs.
    Les cibistes utilisent également des codes numériques, dont certains sont également utilisés par les radioamateurs. Par exemple :

    44, « bonne fête » ; 88, « bonnes bises » ;
    73 : amitiés ;
    51 : poignée de mains ;
    144 : polarisation horizontale et par extension « aller au lit » !
    813 : s'arrêter pour aller boire une boisson
    318 : s'arrêter pour aller faire une pause pipi. Par extension, cela voulait aussi dire qu'on s'arrête pour faire la coupure de conduite obligatoire pour les routiers.
    212 : 73 + 51 + 88 = 212 (définitions : voir ci-dessus). Ce nombre était toujours adressé à une YL ou XYL.
    Un grand nombre d'autres abréviations sont utilisées, à l'instar des argots par région ou métier. La majorité se rapporte à l'univers de la route :
    Papa 22 : représentant des forces de l'ordre. Ils peuvent être en mobylette si ce sont des motards ; en Belgique, ils peuvent aussi être mentionnés sous la forme de QRM bleu pour la Police et QRM rouge pour la Gendarmerie, cela en fonction des bandes colorées sur les véhicules des forces de l'ordre.
    boîte à images ou "barbecue" : radar de contrôle de vitesse ;
    Contrôle Pipette : l'alcootest ;
    les cowboys : les motards de la police ;
    la diligence ou panier à salade : le fourgon policier ;
    gastro solide : repas ;
    gastro liquide : boisson ;
    mille pattes : routier, semi-remorque ;
    push-pull : une voiture ;
    l'aquarium : le bus ou le car de tourisme
    grand ruban : autoroute. Par opposition, petit ruban désigne la route ordinaire ou l'itinéraire bis.
    tirelire : barrière de péage ;
    propre : la route est propre s'il n'y a ni radars ni papa 22. Cela ne veut pas dire qu'on peut foncer car les limitations de vitesses sont tout de même en vigueur.
    Cholestérol : Il y a du cholestérol, la circulation routière est bloquée, embouteillage.
    Le chauffe-plat ou Tonton : Tu as branché ton chauffe plat, tu as branché un amplificateur de puissance.
    Disco 22 : Voiture de police, gendarmerie, avec le gyrophare.
    Sauterelles : Gendarmes cachés au bord de la route.
    Papillons : Auto-stoppeuses
    Hi : s'utilise souvent sous la forme : << hi 3 fois >>. Cela représente des rires.
    Le R.O.S. mètre (Rapport d'Ondes Stationnaires) est l'appareil qui permet de régler correctement l'antenne de l'émetteur CB. Cet appareil se place entre la CB et l'antenne.
    Sont utilisées également les abréviations comme OM (Old Men) pour les hommes ou YL (Young Ladies) pour les dames, et XYL pour les dames mariées, désignant les utilisateurs et utilisatrices CB par leur genre. Les enfants sont désignés par les termes QRPP (garçon) et QRPPète (fille).

    Canaux banalisés de la CEPT de type PR27 pour la bande des citoyens

    Code Q
    Le code Q (avec le code Z) constitue l'ACP 131 (Allied Communication Publication no 131). C'est un ensemble de codes de trois lettres, au sens bien précis, utilisé par les opérateurs radio. Il a été développé en 1912 afin de faciliter les communications, à cette époque essentiellement en Morse, entre les opérateurs en mer de différentes nationalités .
    Il possède au moins trois avantages :
    accélération des transmissions : les questions les plus courantes étaient résumées en trois lettres ;
    indépendance de la langue : le même code est utilisé par toutes les nationalités pour poser une question et la réponse, souvent un chiffre, pouvait être comprise par tous ;
    amélioration de la sécurité : définition non ambigüe des questions.
    Tous les codes du code Q sont composés de trois lettres, dont la première est toujours Q (comme « question »). Pour éviter toute confusion, il a été décidé lors de la conférence internationale radiotélégraphique de Londres, en 1912, de ne pas distribuer d'indicatifs contenant la lettre Q aux stations émettrices .
    On peut distinguer une question d'une réponse formulée en code Q selon ce qui suit les 3 lettres du code : une question sera sous la forme « Qxx ? », tandis qu'une réponse contiendra les trois lettres du code suivies de la réponse.
    Ce code a été principalement utilisé pour la navigation maritime et aéronautique ainsi que par les radioamateurs. Il est encore largement utilisé par ces derniers.

    Q_Fra.jpg

    Le CB a actuellement sont pratiquement  disparu, remplacée par les Chat des smartphone, les apparats sont utilisés le plus souvent par les camionneurs .

    Disclaimer et Copyright  
    Cet article est le fruit de recherches fait en internet, je remercie toutes ceux qui ont écrit quelque article et posté photo, si quelque visiteur a plus nouvelles je m'écrive, je serai bien heureux de compléter l'article.  
     
    Quelques images publiées sont toutes traites du web, et vous évaluez de notoriété publique donc. Sur telles photos et images le site ne détient pas, donc, quelques-uns droit d'auteur et il n'est pas intention de l'auteur du site de s'approprier d'images de propriété d'autrui indûment, donc, si leur usage violât droits d'auteur, le propriétaire légitime peut contacter en nous envoyant un e-mail au Webmaster, en indiquant ainsi vos données et les images en objet que provvederà à résoudre le problème rapidement, par exemple, avec l'insertion, gratuit et permanent, du nom de l'auteur, ou enlever la photo définitivement.



     
    Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
     
     
    Recherche
     
    Fermer