En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...

Nouvelles

+ Année 2019
 -  Année 2019
+ Année 2018
 -  Année 2018
+ Année 2017
 -  Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2016
+ Année 2015
 -  Année 2015
+ Année 2014
 -  Année 2014
+ Année 2013
 -  Année 2013

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


Connectés :
( personne )
Snif !!!

Ephemeride

Samedi 14 Décembre 2019
Sagittaire
du 23 Novembre
au 21 Dicembre

Le Saint du jour èst :
  • Saint Jean de la Croix
  • Sainte Odile

  • Bonne féte a toutes/tous les :
  • Odile

  • Anniversaires Célébrités :
  • Catherine Tasca 13/12/1941

  • Il est passe ces Jour :
  • 14/12/1911 - Le Norvègien Roald Amundsen est le premier homme � atteindre le P�le Sud.



  • Calendrier

    Chat8

    Désolé, réservé aux membres

    Visites

     1035090 visiteurs

     112 visiteurs en ligne

    Bienvenu




    La dernière nouvelle

    Dans la nuit entre Vendredi et Samedi 23 Novembre tu t'es à l'improviste éteint, pendant que tu allais aller en hôpital pour ce mal au bras qui t'avait cueilli, mais que tu minimisais comme au tien habituel. Il était nuit tu avais seul à côté ta copine et sans émettre un gémissement de douleur tu t'es à l'improviste affalé à la terre. 

    Ta copine m'a cherché mais pour une plaisanterie étrange de la destinée mon téléphone était éteint, chose que presque jamais il n'arrive. Je sais que peu instants avant de mourir étais en train de plaisanter comme tu faisais d'habitude.

    Tu n'avais que deux ans de moins que moi, pour être précis à 20 mois, mais bien que Tu etait plus petit que moi, tu me donnais souvent des conseils intelligents et désintéressés, comme si tu étais le grand frère, tu étais un frère mais aussi un ami très spécial.

    Tu as été démoli par un arrêt cardiaque fulgurant, les médecins de 118 n'ont pas réussi à faire repartir ton coeur et il a peut-être valu ainsi mieux qu'avoir les problèmes d'un ipossia cérébral ou dommages neurologiques irréparables, chose que tu n'aurais pas accepté.

    Depuis un an à cette partie tu ne réussissais plus à faire ta vie habituelle, de quand tu avais été opéré au dos et tu savais de devoir faire une longue période pour pouvoir revenir à marcher sans problèmes pour le complet je récupère fonctionnel, tu t'es fermé en toi même. Nous ne nous sommes plus fréquentés avec de d'assiduité comme il arrivait avant, tu ne téléphonais plus et j'étais j'à t'appeler pour avoir nouvelles, j'il semblait presque de déranger en t'appelant, je ne connaîtrai jamais la vraie cause de celui-ci, peut-être le disabilitè momentané que tu étais en train de te subir il a porté fermer toi ou ta discrétion et le ne pas pouvoir faire comme tu aurais voulu.

    Je sais que tu avez de bons projets pour l’avenir, qui ne se réaliseront malheureusement pas.

    Tu t'es à l'improviste allé en sans voir en visage la mort, en créant seul ce peu de "dérangement" indispensable dans ces circonstances.  

    J'ai voulu te voir dans la chambre mortuaire, en effet je ne réussissais pas encore à croire à ta mort, mais je n'ai pas très réussi à rester la, j'entrais je te regardais et puis je devais sortir dehors, mon coeur était serré par un étau de douleur, je ne réussis pas à me donner une raison de ceci, je remercie ta copine d'avoir passé des longues heures avec Toi en chambre mortuaire.

    Je rappelle ché dans l'âge de l'adolescence, c'était la fin des ans soixante, nous fréquentions les mêmes amis et les mêmes endroits, mois que je suis un po' ours, je n'ai pas tenu les contacts avec les vieux amis, tu par contre, tu les as tenus, même si nous avions changé ville et ceux-ci étaient lointains, nous étions très différents dans le caractère. Tu as toujours vécu ta vie de manière simple et humble, mais je ne pourrai pas critiquer jamais tes choix et ce qui Tu as fait, tu étais toujours prêt à aider quelqu'un. Nous avons ainsi passé en nombreuses ensemble… on allait en église ensemble, en vacances à la mer ou de la grand-mère, le longues promener en bicyclette, tu étais enfin, toujours avec moi, j'avais l'ami meilleur du monde et heure je ne nous l'ai plus. 

    Malheureusement quand la mort il appelle on ne sait pas en avance, c'est une phase de la vie qui faut accepter pour ce qui est, on ne peut pas la éviter o effacer. Quand il arrive ce temps et un frère il part avec lui il part aussi une partie de ton existence. Les souvenirs restent, des moments de douleur et de ceux de joie ensemble vécus.  

    Tu t'es allé comme tu as vécu ta vie, les choses normales n'étaient pas de toi et aussi nous laisser en manière normale Tu n'aurait pas pu le faire.

    J'ai subi autres douleurs et élabore ces deuils mais ton départ, au-delà à me laisser en peiné et bouleversé m'a fait comprendre qu'ils soient importants les petites choses, que nous ne devons pas renvoyer à l'avenir, qui pourrait ne pas être, ce que pouvons faire aujourd'hui. Il m'a fait devenir conscient que le temps à notre disposition pour vivre sans regrets est trop peu, il peut toujours nous fuir de main sans que nous on puisse faire rien.

    Nous avions en arrière eu ces beaucoup d'années des controverses, de celles qui peuvent naître en une famille quelconque, nous ne nous étions pas parlés pour un peu de temps, puis grâce à l'intervention d'un ami commun nous nous étions réconciliés avec joie de tous les deux. 

    Quand j'avais été contraint à chercher une nouvelle maison, tu m'avais rapidement trouvé une maison à acheter, tu avais été très convaincant en me disant achat maison, tu fais un mutuel, tu ne voudras pas passer ta vie en maisons en location. Je sais que cette maison que tu m'avais trouvé il plaisait à toi aussi, maintenant plus que jamais je te remercie de m'avoir convaincu dans cette décision.

    Merci d'être toujours là, ta voix au téléphone, pour t'informer sur ma santé, me donner des conseils ou simplement pour me souhaiter bon anniversaire, enfin dans les occasions qui comptent ou de besoin ta présence et ton sourire généreux il a y eu toujours, comme ta façon d'être était unique. 

    Je me rappelle, comme si il fût maintenant, que quand notre soeur était à la fin tu t'engageas à passer les nuits avec elle tant que il a expire, pour puis me téléphoner viens qu'elle en s'est allée, alors la chose ma pas frappé comme la tienne parce que, bien que notre soeur fût jeunette, je savais qu'elle serait manquée à cause de sa grave maladie, et j'avais probablement élaboré déjà le deuil en priorité.

    Tu as été un grand amant des animaux de tes chats mais en particulier tes petit chien que tu avais sauvé de mort certaine. Tu avais sauvé un litière ne voulu pas, en cherchant entre les collègues différents et tes amis qui se prenait soin d'un des chiots, Pippi était resté et tu l'avais emmené à la maison en convainquant notre mère qu'elle aurait été pour elle une compagnie, mais ce petit chien était toujours en tour avec toi dès que les engagements différents te le permettaient. Quand la maman est volée en ciel le lien, déjà fort, il s'est ultérieurement renforcé, Pippi était avec tois pratiquement toujours, en auto derrière de Toi avec le petite tête dehors de la vitre à se réjouir le vent, ou quand chaque fois que tu venais me trouver Pippi il était avec Toi. À sa mort, après beaucoup d'ans passés ensemble, tu l'avais faite incinérer et tenu avec toi sa petite boîte, en me me disant ainsi est encore voisine. Il était passé un po' de temps et tu avais sauvé Neige qu'à cause de ses problèmes à une patte ils voulaient supprimer et comme tu avais fait avec du Pippi tu avais gâté Neige.

    Tes autres passions étaient l'informatique, la magie et faire le "Meisinour", comme il c'est dit en Piémontais c'est-à-dire "celui qui remet à la place les os."

    Tu etai ete directeur d'une maison de retraite et je me souviens comment les fammes et hommes âgés qui sont venus te chercher au bureau, ne serait-ce que pour une banalité, Tu les écoutés avec patience et tu les consolé, ils se sortis si heureux et rassurés.

    L'étymologie de ton nom Franco signifie de l'ancien à la lettre allemand "Homme Libre" et Toi tu étais libre vraiment.

    Tu as été enterré dans la meilleure simplicité, comme tu désirais. Une fonction funèbre simple, justement comme tu aurais voulu, ils ne pas vouloir aller en église mais seulement les mots du prêtre et d'un ami au champ saint. Bien que tu n'avais pas voulu qu'ils fussent faits des "Tiletti" qui annonçaient Ta mort, il y avait beaucoup de personnes à Ton enterrement, quelque parent avec lequel on se rencontre seulement dans ces tristes circonstances, quelque ami qu'il avait su de ta mort et beaucoup de personnes par des voies détournées que je ne connais pas mais qu'ils te connaissaient probablement. 

    Ils m'ont particulièrement frappé deux nos amis communs, un qui s'est mis à pleurer à l'écart et qu'il m'a dit après d'avoir appris de ta mort par hasard, l'autre qui m'a dit mois en chambre mortuaire je ne réussis pas à rester. De ma part, malheureusement, la douleur je me l'apporte dedans, peu de larmes mais une douleur immense dans le coeur, je venais voisin de tois puis je devais aller dehors, je ne réussissais pas à accepter ta mort, comme je ne l'accepte pas encore.

    Je savais bien comme la tu pensais et il m'est apparu comme tout il eût été dirigé par Toi, aussi perdre le chariot funèbre et aller dans un autre cimetière, Tu aurais vraiment ainsi voulu.

    Maintenant autour à moi j'entends un grand sens de vide associé à un grand douleur. 

    Je savais que tu étais important pour moi la mienne et ta copine, pour moi de manière spéciale, je ne sais pas non plus parce que je ne te l'ai jamais dit et de celui-ci j'en regrette beaucoup.

    Salut Franco espère qu'un jour, dans une autre vie ou dans une autre dimension nous pourrons nous retrouver et j'aurai ainsi l'occasion de te dire ce que je ne t'ai jamais dit,
    merci pour tout ce qui m'as donné et enseigné dans cette vie.

    Malheureusement, je ne sais pas bien écrire comme Tu faisais, mais je pense que Tu me comprendrera comme Tu avez toujours fait.



    Livre d'or - Mon préféré

    Note n°2
    par Nicola le 07/08/2013 18:12
    Molto bello il tuo articolo sui Randagi vedrò di contribuire  e

     
    Vous êtes ici :  Accueil
     
     
    Recherche
     
    Fermer